Akela_Logo_WEB_72dpi_01_m.jpg
Comment tu as réussi à intégrer l’équipe avec Clément ?

Avec Clément, on s’est plutôt bien intégré à l’équipe, l’équipe a fait beaucoup d’efforts pour communiquer en anglais. Cependant, avec l’intégration de nouveaux membres au département du programme qui ne parlaient pas très bien anglais, la plupart des échanges s’est fait en allemand et le travail de traduction a parfois été assez lourd. Aussi, il y a des activités qui n’auraient pas eu lieu si clément et moi n’avions pas été là (les photos de groupe vues du ciel par exemple, inspirées directement de celle faite à Vis tes rêves) car les allemands trouvaient ça beaucoup trop ambitieux. De plus, étant en minorité, nos avis n’étaient pas forcément toujours pris en compte lors des décisions mais globalement, l’ambiance était bonne, nous avons aussi été responsables de deux activités sur le rassemblement : la veillée Campfire ainsi que le grand jeu du dernier jour, et nous avons décidé d’organiser un week-end à Jambville (ou ailleurs) avec l’AG Inhalt pour tous se revoir.

Quelle place le franco-allemand a joué dans le rassemblement ?
Dans le rassemblement, je dirais que le franco-allemand a quand même joué une grande place, déjà de par le fait que la délégation française était la deuxième délégation la plus représentée avec les Allemands... Aussi, il y a avait la yourte franco-allemande et je crois qu’elle a beaucoup suscité l’intérêt de participants venus d’autres pays qui ont été très enthousiastes vis-à-vis de ce que l’on propose.

Comment les participants français et internationaux ont été accueillis, intégrés etc. ?
Je pense que les participants internationaux ont très bien été accueillis sur le rassemblement, qui avait volontairement une couleur très internationale avec l’ambition de rassembler des chefs du monde entier. Cependant, je poserais un bémol quant au fait que le carnet du participant n’ait pas été traduit en français. Non pas par chauvinisme, mais pour deux raisons : le français est une des langues officielles du scoutisme avec l’anglais et il y avait quand même pas mal de chefs francophones présents sur le rassemblement.

Un témoignage de Marine